19.08.2013

Fiscalement, le Valais est attractif - Article du Nouvelliste 13.08.2013

L'Administration fédérale des finances a établi le taux d'imposition dans les communes suisses à partir du revenu brut. Les montants indiqués comprennent les impôts cantonaux, communaux et paroissiaux payés en 2012. INFONF

Lire l'article du Nouvelliste du 13.08.2013. Cliquez ici


Une comparaison entre les capitales romandes donne un net avantage à la situation fiscale sédunoise.

En Valais, les contribuables sont, en moyenne, moins imposés qu'ailleurs en Suisse romande. La comparaison entre les impôts payés dans les chefs-lieux romands, sur les bases des chiffres fournis par l'Administration fédérale des finances pour l'année 2012, le démontre.

Il n'est toutefois pas possible d'établir un véritable classement entre les cantons, parce que les situations changent en fonction à la fois des situations familiales et du niveau de revenus des contribuables. Par contre, il est possible d'affirmer que le Valais est intéressant, fiscalement parlant, dans une grande partie des situations. Par rapport à d'autres cantons périphériques, comme Neuchâtel ou le Jura, le Valais fait même figure de paradis fiscal.

Le Valais attractif pour les célibataires

Pour les contribuables vivants seuls, le Valais est très attractif au niveau romand.

Un célibataire disposant d'un revenu brut de 50 000 francs payera 300 francs d'impôts en plus à Sion qu'à Genève, mais moins que dans toutes les autres capitales de Suisse romande.

Avec un revenu brut de 100 000 francs, un célibataire payera moins d'impôts à Sion que dans n'importe quel autre chef-lieu romand.

A 150 000 francs, Sion reste la plus avantageuse. Par contre, lorsque le revenu brut atteint 200 000 francs, Sion se fait dépasser, légèrement, par Genève. Ensuite, le Valais reprend la main. Sion est ainsi très nettement moins onéreuse que la ville du bout du lac pour les célibataires gagnant un million par an, puisqu'il faut débourser 225 600 francs d'impôts à Sion contre 272 300 à Genève. Pour ce type de contribuables aisés et célibataires, les communes valaisannes sont très attractives.

Genève fait mieux pour les familles à bas revenu

Il existe des cas de figure pour lesquelles la situation valaisanne est beaucoup moins enviable que celle prévalant à Genève. Les contribuables mariés avec deux enfants ne paient quasiment pas d'impôt dans la cité de Calvin avant d'atteindre un revenu confortable. Par exemple, un tel contribuable ne paie que 544 francs d'impôts avec un revenu brut de 80 000 francs, contre 2816 francs à Sion. Les autres chefs-lieux romands sont, par contre, tous plus onéreux que Sion à ce niveau de revenu.

Comparaison Sion-Lausanne

Dans pratiquement tous les cas de figure, il est plus avantageux d'avoir affaire au fisc à Sion qu'à Lausanne. Une des rares exceptions concerne les couples mariés avec deux enfants disposant d'un faible revenu. Avant 50 000 francs bruts, ce type de contribuables ne paie pas d'impôt dans la plupart des communes vaudoises. A 50 000 francs de revenu, la contribution est symbolique. Toutefois, la différence entre Sion et Lausanne est inférieure à 100 francs. Par contre, dès que le revenu brut atteint 80 000 francs, la situation valaisanne devient plus avantageuse. Avec un revenu brut de 100 000 francs, la facture fiscale du Lausannois est presque deux fois supérieure à celle du Sédunois... On notera toutefois que la capitale vaudoise est l'une des plus gourmandes de son canton.

REPERES

DES DIFFERENCES IMPORTANTES ENTRE LES COMMUNES VALAISANNES

Un couple valaisan marié, avec deux enfants, disposant d'un revenu brut de 100 000 francs, peut payer 2000 francs d'impôts en plus ou en moins selon sa commune de domicile. La facture fiscale 2012 (impôts cantonaux, communaux et paroissiaux compris) ne s'élève "qu'à" 4346 francs à Bagnes, Hérémence et Salvan. Par contre, elle sera de 6327 francs à Grächen, la commune la plus chère du canton.

Moins de 4500 francs: 10 communes, dont Hérémence, Bagnes, Salvan et Martigny-Combe Entre 4500 et 5000 francs : 33 communes, dont Trient, Ayent, Sion, Martigny, Venthône, Collonges, Chermignon, Evionnaz, Lens, Vétroz, Vionnaz, Conthey, Veyras, Icogne, Montana, Monthey, Saxon, Savièse et Collombey-Muraz. Entre 5000 et 5500 francs: 58 communes, dont Sierre, Bovernier, Saint-Léonard, Charrat, Vernayaz, Randogne, Mex, Liddes, Saint-Maurice, Ardon, Vex, Mollens, Port-Valais, Sembrancher, Orsières, Fully, Finhaut, Riddes, Vollèges, Vouvry, Dorénaz, Leytron, Saillon, Chippis, Grimisuat, Vérossaz, Bourg-Saint-Pierre, Massongex, Anniviers, Arbaz, Troistorrents, Val-d'Illiez, Chamoson, Grône. Entre 5500 et 6000 francs : 36 communes, dont Nendaz, Chalais, Miège, Veysonnaz, Mont-Noble, Isérables, Champéry, Evolène, Saint-Martin, Saint-Gingolph, Les Agettes. Plus de 6000 francs: 4 communes, dont Salins.

LE VALAIS INTERESSANT POUR... LES MULTIMILLIONNAIRES

Pour un contribuable disposant d'une fortune de 10 millions, quelle est la capitale romande la plus avantageuse? Etonnament, la réponse est Delémont, commune pourtant si gourmande lorsqu'il s'agit d'imposer le revenu. Sion arrive en deuxième position. Genève est dernière, nettement distancée. Un tel multimillionnaire paie 5 7 500 francs d'impôt sur la fortune (communal, cantonal et paroissial) à Delémont, 63 600 francs à Sion, 65 100 francs à Fribourg, 69 100 francs à Neuchâtel, 77 700 francs à Lausanne et... 93 800 francs à Genève.

Par contre, Genève est la capitale romande la plus avantageuse pour les fortunes jusqu'à 500 000 francs. Par exemple, avec une fortune de 150 000 francs, on ne paie rien au bout du lac, alors qu'il faut débourser 327 francs à Sion. Avec une fortune de 100 000 francs, on ne paie rien ni à Genève, ni à Lausanne, ni à Delémont.

Une fortune de 250 000 francs donne lieu à un impôt de 290 francs à Genève, contre 602 francs à Delémont, 770 francs à Sion, 912 francs à Neuchâtel, 922 francs à Lausanne et 1185 francs à Fribourg. JYG

Par JEAN-YVES GABBUD

Delarze marketing & communication